La langue verte: le mont-de-piété, ma tante et le clou

Mis à jour : 4 oct. 2019

Quand on a des soucis d’argent, on peut aller rendre visite à sa vieille tante, si elle a des sous.


C’est un système qui a, je suppose, toujours été utilisé, y compris dans le passé. Si on était originaire d’une famille modeste, forcément, ça allait moins bien.


On devait donc se rendre chez un prêteur à gage, où on pouvait laisser un objet précieux qu’on possédait, en échange d’une somme d’argent. On gardait souvent bien sûr l’espoir de le récupérer dès que la mauvaise passe financière était terminée.


On appelait ces prêteurs à gage « ma tante », « le clou », ou le « mont-de-piété ». De nos jours, en France, c’est le Crédit Municipal qui remplace ces institutions.