Les confidences d'un écrivain biographe : derrière la scène...

Que se passe-t-il pour votre écrivain biographe, une fois qu’elle est rentrée chez elle après avoir passé une agréable séance de conversation avec vous ?


Rappelez-vous : j’aurai pris des notes sur un calepin, avec un joli stylo offert par une amie chère (on est souvent sentimental quand on écrit la vie des autres), mais j’aurai aussi enregistré notre conversation sur un petit magnétophone, avec votre autorisation (l’enregistrement sera détruit par la suite, et tout ce que vous direz ne sera écrit qu’avec votre autorisation : si vous avez « trop parlé » et que vous avez un remords, il suffit de le dire et ça restera entre vous et moi !).


Une fois rentrée, je retranscris notre conversation sur l’ordinateur. Il faut compter environ quatre heures pour retranscrire, relire et organiser une heure de conversation à bâtons rompus.


Les écrits de cette séance vous seront remis ensuite soit en mains propres à l’entrevue suivante, soit par courriel si vous avez une adresse mail, pour que vous puissiez l’approuver et valider que tout peut être imprimé ainsi.


Quelquefois, j’effectue des recherches historiques ou je contacte les associations pour essayer de retrouver des photos anciennes des lieux dont vous m’avez parlé. Et ça me déchire toujours le cœur d’entendre la secrétaire d’une école me dire que les archives ont été jetées par manque de place…


Lorsque nous avons terminé toutes les séances de conversation, nous décidons ensemble quelles photos vont être intégrées dans votre livre.


Nous choisissons un titre (cela vient souvent en dernier, car le titre raconte le contenu du livre que nous ne connaissons pas à l’avance, à moins que vous n’ayez une idée très précise de ce que vous voulez !).


Je numérise ensuite les photos, les documents, je peux même photographier les objets qui vous sont chers et je procède à la mise en page, à la préparation du fichier.


Et ça, c’est un sacré travail de l’ombre qui demande des heures de travail !


Je réalise enfin une couverture selon vos instructions : souvent, je vous fais parvenir plusieurs propositions et vous choisissez celle que vous préférez, ou vous me donnez les instructions pour obtenir ce que vous voulez exactement (dans la limite du réalisable techniquement : une photo d’identité qui date de 1946 et a subi les outrages d’un passage en machine à laver ne pourra malheureusement jamais retrouver son éclat et constituer la couverture d’un livre de format A4 !).


Puis après le tirage d’un « bon à tirer », l’exemplaire qui sera validé par vos soins pour confirmer que tout est bien conforme à vos souhaits pour l’impression, votre livre peut enfin partir chez l’imprimeur.


Je me charge d’aller chercher les livres moi-même afin de m’assurer de leur qualité.


Tout cela représente de nombreuses heures de travail que j’effectue pour vous avec grand plaisir !



Il y a du travail en coulisses...