Les p'tites anecdotes de La plume : 36 15 code Minitel

Eh oui, avant Internet, on avait le minitel, mais il faut bien dire que c’était moins rigolo.


Le minitel, alias le « Médium interactif par numérisation d'information téléphonique », a été utilisé en France de 1980 à 2012. Plus de 30 ans de service…


En 1995, près de 20 millions de personnes l’utilisaient en France, c’est considérable !

Il n’a pourtant pas connu un succès fou à l’étranger et s’est finalement peu exporté.


Il trônait généralement à côté du téléphone, puisqu’il était relié à la prise téléphonique et la facturation des services se faisait au temps de communication (sans surveillance parentale automatique, il fallait donc une surveillance parentale à l’ancienne, style "je viens voir toutes les cinq minutes ce que tu fais", plus classique, d'un autre temps, si on ne voulait pas que la facture explose).


Il fallait renseigner un code, qui commençait généralement par « 36 11 » ou « 36 15 » pour se connecter, et c’était assez poussif.


D’où un certain nombre de blagues sur le « 36 15 quelque chose » (remplacé de nos jours par le « hashtag ») …

On pouvait se renseigner sur les horaires des trains, consulter l’annuaire, acheter des vêtements en VPC, ou même jouer…mais il fallait s’armer de patience, car la communication était très longue.

L’écran était tout noir et cela n’avait rien à voir en termes de visuel avec ce que nous connaissons maintenant avec la Toile. Le clavier n’était pas très souple… Tout ça, énuméré de cette façon, ne donne pas très envie, il faut bien le dire.


Pourtant, quand on regarde les reportages de l’époque, on se dit que ça ressemblait très fort aux débuts de l’Internet, messagerie comprise.

Bien sûr, chez moi, il n’y en avait pas… mais heureusement, son utilisation n’a jamais réellement été indispensable.

Cela semble être un peu moins le cas d’Internet, avec le nombre de démarches qu’il faut maintenant effectuer en ligne.


A voir pour réaliser ce que c'était : l'excellent documentaire "French connexion" de Hervé Lachize (1985)